Article

Immobilier durable : sortie du baromètre Novethic – ADEME 2012

Pour la 6e année consécutive, Novethic – en partenariat avec l’ADEME – mesure la qualité de la communication des foncières et promoteurs cotés sur les performances énergétiques et CO2 de leurs actifs immobiliers. En voici les principales conclusions :

  • Les entreprises progressent mais avec des méthodologies hétérogènes

Forte progression des foncières qui élèvent leur note moyenne de 14 points et passent ainsi la barre des 50% en 2012. La quasi-totalité présentent de manière transparente et précise leurs consommations énergétiques mais les méthodologies, variables d’une foncière à l’autre, ne permettent pas de comparaison. Les promoteurs publient eux aussi davantage de données chiffrées et améliorent leur note moyenne de 5 points par rapport à 2011.

Néanmoins, les reportings sont de qualité extrêmement variable ce qui amplifie les écarts de notation, du côté des foncières (66 points séparent la mieux notée de la plus mal notée) comme des promoteurs (62 points de différence entre la meilleure communication et la plus faible).

  • Encore peu d’indicateurs sur l’énergie grise et les enjeux urbanistiques

Promoteurs et foncières ont globalement progressé sur l’impact énergétique des matériaux de construction et des déplacements liés à l’utilisation des bâtiments : ils gagnent respectivement 10 et 17 points sur ce critère.

Les promoteurs s’approprient progressivement la notion d’énergie grise puisque sept sur dix la mentionnent dans leur rapport et cinq communiquent expressément sur le recours à des outils d’évaluation d’opérations pilotes.

En ce qui concerne les enjeux urbanistiques, les promoteurs portent leurs réflexions sur des innovations liées aux quartiers et les foncières s’intéressent à la connectivité de leurs actifs avec les transports en commun.

  • Les promoteurs anticipent la règlementation thermique 2012

Signe de la dynamique du secteur, les promoteurs se sont conformés dès 2011 à la réglementation thermique RT 2012, même si elle n’est obligatoire que depuis le début d’année. Ils ont ainsi généralisé la labellisation BBC sur les permis de construire pour atteindre le seuil de consommation énergétique des bâtiments imposé de 50 kWh/m2/an.

Les foncières ont elles anticipé l’obligation d’intégrer une annexe environnementale aux baux commerciaux pour des surfaces supérieures à 2000m2 en développant la signature de baux verts.

Pour en savoir plus :