Article

Couches jetables, couches lavables : les recommandations de l’ADEME

Depuis une vingtaine d’année, de nombreuses études essaient de répondre à la question : du point de vue des impacts sur l’environnement, vaut-il mieux utiliser des couches lavables ou jetables ? Si les couches attirent autant l’attention, c’est du fait de l’enjeu quantitatif qu’elles représentent : jusqu’à l’acquisition de la propreté, un enfant utilise environ 3 800 couches jetables. A l’inverse, les couches lavables génèrent une quantité de déchets minime puisqu’en 2 ans ½, un enfant a besoin d’environ 30 couches lavables qui seront lavées 137 fois. Elles présentent, en revanche, d’autres impacts sur l’environnement notamment à travers les consommations d’eau et d’énergie engendrées.

Il n’est donc pas possible aujourd’hui de conclure à un intérêt marqué des couches lavables par rapport aux couches jetables vis-à-vis de l’environnement.

Lorsque les utilisateurs s’orientent vers des couches lavables, il est indispensable d’en optimiser l’usage et en particulier : laver dans une machine à pleine charge et de préférence à 60°C, utiliser une machine performante (classe A/AA), recourir à des lessives porteuses d’écolabel et ne pas la surdoser, sécher à l’air libre et éviter de repasser les couches. Leur utilisation pour plusieurs enfants permet également d’en réduire les impacts.

Quant aux couches jetables, l’ADEME recommande de privilégier les couches porteuses du logo « Nordic Swan ».