Article

Environnement : l’industrie chimique prend des engagements

Logo UICSi l’industrie chimique en France a, comme toute activité, des impacts sur l’environnement, elle est aussi la source de solutions à certaines problématiques environnementales.

L’UIC est l’organisation professionnelle qui représente les entreprises de la chimie en France. Elle les aide entre autres dans leur développement et accompagne l’industrie chimique dans sa transition vers une chimie et une économie durables.

 

L’UIC et l’ADEME partagent des objectifs communs:

  • réduction des émissions de gaz à effet de serre,
  • efficacité énergétique des processus industriels,
  • optimisation de l’utilisation des ressources,
  • réduction de l’impact environnemental des activités industrielles.

Aussi, François Loos, Président de l’ADEME et Philippe Goebel, Président de F.Loos et P.Goebel l’UIC, signent aujourd’hui un accord-cadre dont la force et l’originalité tiennent en particulier dans les engagements de l’UIC, à savoir :

  • développer de nouvelles ressources en particulier par la chimie du végétal; l’UIC s’engage à soutenir les industriels dans l’atteinte de leur objectif, celui d’introduire au moins 15 % de matières premières « biosourcées » dans les produits de l’industrie chimique en 2017 et ce, afin de diminuer leur empreinte carbone.
  • améliorer l’écoefficience des modes de production ou, en d’autres termes, l’efficacité avec laquelle les ressources naturelles (minérales, énergétiques et biologiques) sont utilisées par l’industrie chimique :
    • il s’agit d’une part de réduire les émissions de gaz à effet de serre et les consommations d’énergie, y compris par des démarches d’écologie industrielle; l’UIC s’engage à organiser la publication d’au moins trois guides spécifiques, pour différents secteurs de la chimie, sur la réalisation de bilans gaz à effet de serre et /ou d’audits énergie;
    • d’autre part, cela passe aussi par l’amélioration des connaissances des impacts des procédés et produits chimiques; l’UIC s’engage à organiser la mise à disposition de données représentatives de cycle de vie sur la production d’au moins quatre familles de substances chimiques entrant dans des produits de grande consommation (en particulier cosmétiques, produits d’entretien, produits pour bricolage…);
  • réduire l’impact des transports du secteur; l’UIC s’engage à inciter les entreprises adhérentes à signer la future charte Engagements Volontaires Chargeurs de réduction des émissions de CO2 dans les transports, avec un objectif d’au moins 15% de signataires. Il s’agit notamment de favoriser le report du mode routier – qui représente aujourd’hui 80% des modes de transport de ce secteur d’activité – vers le mode ferroviaire ou fluvial.

Mais aussi :

  • mobiliser les entreprises via la formation professionnelle,
  • mobiliser les entreprises via des actions territoriales,
  • soutenir l’éco-innovation dans la chimie.

Un bilan annuel sera réalisé par l’UIC et adressé à l’ADEME : il a vocation à être rendu public.