Recherche, développement et innovation : quel bilan pour l’ADEME ?

Le Débat National sur la Transition Energétique (DNTE) a d’ores et déjà identifié deux SkyscrapperRightgrandes priorités pour atteindre les objectifs que s’est fixée la France au niveau national et international. S’engager vers une forte réduction de notre consommation d’énergie sur le long terme, de l’ordre de 50 % d’ici 2050, et accroître la place des énergies renouvelables dans le mix énergétique au-delà des 23 % prévus en 2020.

SkyscrapperLeftCes deux axes supposent des évolutions dans nos usages de l’énergie et dans les technologies de production. Les entreprises françaises sont à même de répondre à ces marchés de grande ampleur à condition de renforcer leurs capacités d’innovation face à leurs concurrents internationaux.

C’est à cet objectif que répondent les activités de recherche et développement issues du Programme des Investissements d’Avenir (PIA) mises en œuvre par l’ADEME à la demande de l’Etat et du Commissariat Général à l’Investissement (CGI).

La 3e édition du Forum ADEME des Innovations qui se tient ce jeudi 20 juin au Palais Brongniart à Paris, témoigne de l’ampleur des moyens apportés par l’Etat, du nombre de partenaires mobilisés ou prêts à s’investir, de la grande variété des innovations, de l’importance de la recherche dans l’activité des entreprises. Il démontre surtout la portée des résultats obtenus.

Plus qu’un colloque accompagné d’une exposition, ce Forum est devenu un lieu de rencontres où s’exposent des technologies énergétiques et environnementales du futur, et un forum d’affaires qui voit naître des collaborations et fait émerger des marchés qui n’existent pas encore.

L’ADEME propose ici un bilan chiffré et une sélection de projets, programme par programme, à la mesure de son soutien et de son investissement dans la recherche et l’innovation :