Article

MEDENER : le bilan d’une présidence ADEME

Le 24 avril 2014 à Marseille, l’ADEME a transmis la présidence de MEDENER, l’association méditerranéenne des agences nationales pour l’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables à l’Agence tunisienne pour la maîtrise de l’énergie, l’ANME ; l’occasion de revenir sur les résultats de ces deux dernières années.

MEDENER, créée en 1997, s’emploie à favoriser une synergie entre les acteurs de la maîtrise de l’énergie du bassin méditerranéen. Elle permet l’amorce d’une transition énergétique par le développement de projets dans une région où la consommation d’électricité croît de 5 à 7 % par an, où la demande en électricité pourrait tripler d’ici 2030 et où les montants affectés aux subventions à l’énergie atteignent des niveaux non soutenables pour les budgets des états.

Photo MEDENER

Durant ces deux dernières années, l’ADEME a placé sa présidence sous les quatre axes stratégiques suivants :

  • une forte participation au dialogue régional à travers une contribution importante à l’élaboration du Plan Solaire Méditerranée piloté par l’Union pour la Méditerranée ; contribution qui a permis une meilleure prise en compte de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables de petite puissance ;
  • le renforcement de partenariats euro-méditerranéens avec les bailleurs de fonds comme la Banque Européenne d’Investissement (BEI). L’efficacité énergétique, avec une allocation budgétaire de la Commission européenne de près de 90 millions d’euros jusqu’à 2015, figure désormais comme la priorité d’investissement en Méditerranée de la FEMIP-BEI (Facilité Euro-Méditerranéenne d’Investissement et de Partenariats de la BEI), comme en témoigne la 13ème conférence de la FEMIP de décembre 2013 à Bruxelles à laquelle MEDENER a participé ;
  • la mise en place d’un observatoire de la maîtrise de l’énergie en Méditerranée dont les premiers travaux ont été menés avec quatre pays pilotes : l’Algérie, le Liban, le Maroc et la Tunisie. Les indicateurs énergétiques qui ont été élaborés, par exemple l’intensité énergétique, la consommation énergétique par usage ou encore la consommation spécifique des véhicules, sont partagés entre les pays, permettant ainsi d’assurer un suivi des politiques d’efficacité énergétique et une comparaison des résultats et impacts, y compris avec les pays du nord de la Méditerranée. Un premier rapport régional ainsi qu’une base de données ont été élaborés permettant d’illustrer les tendances de l’efficacité énergétique dans la région méditerranéenne;
  • le partage d’expériences et les échanges de bonnes pratiques. Un cycle annuel de conférence sur la transition énergétique en Méditerranée a été mis en place : la première à Tunis, en septembre 2013, sur les perspectives et enjeux ; la suivante, à Marseille, sur les acteurs et synergies à développer pour accélérer la transition énergétique. Des formations des professionnels du bâtiment ont été organisées au Maroc et en Algérie avec l’appui du projet européen MEDENEC II (Construction durable en Méditerranée). Enfin, des séminaires techniques ont permis l’élaboration d’outils de planification urbaine durable auprès des collectivités, en lien avec le projet européen CES-MED (Promotion des énergies durables en Méditerranée).

La question de la transition énergétique en Méditerranée évolue ainsi positivement grâce à la mobilisation de l’ensemble des acteurs. Celle-ci se poursuivra sous la présidence de l’ANME (Tunisie), qui souhaite parmi les projets nouveaux, lancer l’élaboration de scénarios énergétiques et économiques à l’horizon 2030 pour la région méditerranéenne, organiser la contribution de MEDENER à la prochain COP 2015 à Paris et élargir la coopération avec les acteurs de l’ensemble du continent Africain.

Le 24 avril, à la Villa Méditerranée de Marseille, en marge de l’Assemblée Générale de MEDENER, la 2ème conférence sur la transition énergétique en Méditerranée a réuni, en présence du Président de la région Provence Alpes-Côte d’Azur, l’ensemble des acteurs euro-méditerranéens publics et privés ainsi que des acteurs multilatéraux, notamment le Secrétariat de l’Union pour la Méditerranée (SUpM), l’Agence Internationale des Energies Renouvelables (IRENA) ou encore la Banque Européenne d’Investissement (BEI)… Cette rencontre a permis de démontrer le besoin de visions communes pour accélérer la transition énergétique, d’une mise en place d’objectifs à court et moyen termes en prenant en compte le véritable coût de l’énergie, et l’importance de la promotion de l’innovation technologique et organisationnelle dans le cadre de partenariats méditerranéens.

Les bailleurs de fonds ont confirmé tout leur intérêt pour des organisations telles que MEDENER, qui pourraient les aider à monter des projets d’investissement en structurant les acteurs à l’échelle régionale, nationale et méditerranéenne.