Article

Méthanisation : un point complet sur la filière le 13 mai prochain

Visuel Journée technique MéthanisationSi on place des déchets organiques – de type fumier ou encore déchets de fruits et légumes – dans une cuve chauffée et sans oxygène, on obtient, après 20 à 60 jours, grâce au travail d’un grand nombre de bactéries, un résidu et un gaz composé principalement de méthane et de gaz carbonique. C’est ce principe que l’on appelle la méthanisation.

Le gaz produit est appelé biogaz ; c’est un gaz renouvelable par opposition au gaz naturel d’origine fossile. Le résidu quant à lui est appelé le digestat; composé notamment d’eau et de résidus organiques, il pourra servir de fertilisant pour les sols.

Historiquement déployée comme technique de dépollution des effluents, la méthanisation implique de plus en plus le secteur agricole. Il s’agit non seulement de développer la gestion des déchets organiques qui contribue de manière croissante à l’économie de ressources par le retour au sol et la production d’énergie renouvelable, mais aussi d’améliorer le bilan des émissions de gaz à effet de serre principalement liées à l’élevage.

Ainsi, début 2014, la France compte 140 installations à la ferme et 20 installations centralisées / territoriales en fonctionnement pour une capacité de production de l’ordre 350 GWh/an d’électricité et 500 GWh/an de chaleur en 2013. La dynamique de ces secteurs est importante avec 60 nouvelles installations par an et devrait se poursuivre dans les années à venir, grâce à l’impulsion donnée par les pouvoirs publics au travers du Plan National d’Action en faveur des Énergies Renouvelables (PNAER) et du Plan Énergie Méthanisation Autonomie Azote (PEMAA).

Mais les interrogations demeurent nombreuses : quelles sont les conditions de réussite d’un projet de méthanisation ? Quels substrats utiliser ? Quelles valorisations énergétiques ? Peut-on substituer le digestat aux engrais minéraux ? Quelle est la rentabilité des installations ? La filière est-elle porteuse d’emplois ?

Pour répondre à ces questions, l’ADEME organise le 13 mai prochain une journée technique nationale intitulée Méthanisation, de nouvelles opportunités pour les territoires, entièrement consacrée à la filière. Elle sera structurée en deux parties :

  • les performances des installations de méthanisation centralisée et à la ferme : un bilan technique, énergétique, environnemental, agronomique et social de 8 unités et de nombreux retours d’expériences ainsi qu’une étude de rentabilité sur 21 installations françaises ;
  • les perspectives de développement de la filière à court et moyen termes et notamment un point sur les gisements mobilisables : les déchets des gros producteurs avec un volet sur les sous-produits animaux ainsi que les cultures énergétiques, CIVE et résidus de culture. Un autre point portera sur les nouveaux débouchés du biogaz.