Article

Une mobilité en mutation : les projets se multiplient

Dans le cadre du débat national sur la transition énergétique, l’ADEME a proposé une vision prospective à 2030 et 2050. Cette vision illustre les voies possibles permettant de diviser par 4 les émissions de CO2 d’ici 2050. Partie intégrante de cette prospective, l’évolution de nos modes de déplacement et de nos comportements apparaît Visuel Cloud Mobilités Mutationcomme incontournable. Ainsi en 2050, nos déplacements se répartiraient de la façon suivante :

  • 30% en véhicule partagé,
  • 20% en véhicule individuel,
  • 25% en transports collectifs,
  • 15% en vélo,
  • 10% en 2 roues motorisés.

Cette évolution devra s’appuyer sur l’apport des outils numériques qui changent notre relation à l’objet, automobile en particulier.

Les 3 et 4 décembre derniers, ce sont réunis autour du thème d’une mobilité en mutation de nombreux acteurs industriels dans les domaines de la construction automobile, de l’énergie, des infrastructures, des systèmes d’information, du numérique, des télécommunications et des datas, de la start-up à la multinationale, en présence de laboratoires de recherche et de collectivités territoriales.

L’objectif de ces deux journées : passer à l’action sur des projets concrets pour co-concevoir, au plus près des utilisateurs, de nouvelles solutions en matière de mobilité, intégrant dès l’amont la valeur ajoutée de l’industrie numérique.

Nous vous proposons ici une synthèse de ces journées Mobilités Mutations du 3 au 4 décembre 2013 ainsi que des liens vers les interviews d’experts issus d’entités comme Orange Labs, Blablacar, La Fing ou encore Renault et la SNCF.