Article

Soyez gourmet, ne gaspillez pas vos repas

logo Doggy Bag

Chaque Français jette en moyenne 20 kg d’aliments à la poubelle par an, dont 7 kg d’aliments encore emballés. Le secteur de la restauration est à l’origine de 14 % du gaspillage alimentaire avec 230 gr d’aliments jetés par personne et par repas.

Une des pistes pour réduire ce gaspillage: le « gourmet bag » ou doggy bag en anglais. Il s’agit de ramener chez soi, les restes du repas. En France, cette pratique se heurte à de nombreux freins, principalement culturels. « Ça ne se fait pas », « J’ai honte de le demander », « Je ne veux pas passer pour un/e radin/e », sont les principaux arguments mis en avant par des clients hésitants voire réfractaires. Pourtant, le repas est payé par le client. Ainsi, si les restes sont en quantité suffisante, il peut décider de les emporter.

Et tout le monde s’y retrouve ! Pour le restaurateur, le Gourmet bag est l’occasion d’afficher une démarche à la fois écologique, économique et éthique. En développant cette pratique novatrice, le restaurateur peut décider de partager son engagement antigaspi ou tout simplement de répondre à une forte attente de sa clientèle. Enfin, à partir de 2016, les restaurants servant plus de 180 repas par jour seront tenus de trier et de valoriser leurs déchets alimentaires. Les réduire est également pour eux un enjeu économique.

En Rhône-Alpes, les services du Ministère de l’Agriculture et de l’ADEME travaillent avec les collectivités, chambres de commerce et acteurs de la restauration pour promouvoir le gourmet bag. Depuis octobre 2014, une signalétique dédiée permet aux restaurateurs d’indiquer à leurs clients qu’ils peuvent repartir avec leur gourmet bag. Sept restaurateurs lyonnais se sont tout particulièrement engagés en tant qu’ambassadeurs du gourmet bag envers leurs clients et leurs confrères.

Cette opération et d’autres retours d’expérience pour réduire le gaspillage alimentaire seront au menu du colloque sur le gaspillage alimentaire organisé par l’ADEME et la DRAAF Rhône-Alpes à Lyon le 9 décembre.