Article

Géothermie, sols pollués… : renouvellement de l’accord-cadre ADEME et BRGM

BRGM logoLa collaboration entre l’ADEME et le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) est probablement l’une des plus anciennes de l’ADEME. Elle s’est traduite contractuellement par la signature d’un accord cadre le 5 janvier 1987, renouvelé le 5 janvier 1993, le 26 juin 2008, puis le 9 janvier 2015.

L’objectif de cet accord-cadre est de faciliter la réalisation de projets communs entre les deux organismes pour répondre aux défis du développement durable, notamment en termes de connaissances du sous-sol et des ressources. Cet accord-cadre confirme aussi l’ADEME et le BRGM dans leur rôle d’appui aux politiques publiques sur ces sujets.

Priorités de l’accord-cadre 2015

Pour les 4 prochaines années, les priorités identifiées sont  les suivantes :

  • Géothermie : la géothermie assistée par pompe à chaleur, les usages directs de la chaleur issue de la géothermie profonde, la production d’électricité et cogénération, et enfin le stockage souterrain d’énergie (précisions sur la feuille de route, voir communiqué de presse) ;
  • Gestion des sites, sols et sédiments pollués : l’étude des mécanismes environnementaux qui contrôlent l’émission et la mobilité des polluants dans les déchets, les sols, les sédiments et les eaux souterraines ; l’application des méthodes innovantes de métrologie de l’environnement ; la conception et le développement d’écotechnologies sont ciblés, avec des procédés de traitement de sols, sédiments et eaux souterraines, ou de gestion des terres excavées ;
  • Gestion efficace des matières dans le cadre du développement de l’économie circulaire : l’évaluation de la criticité des matières pour les technologies d’efficacité énergétique et EnR, le tri et la valorisation des déchets, le développement d’outils d’évaluation environnementale (ACV,…) ;
  • International : le développement d’actions dans le domaine de l’international, notamment sur la géothermie à l’export et la coopération internationale en Afrique, en Asie et en Amérique Latine, dans le cadre de l’initiative SE4ALL (énergie pour tous) des Nations unies, de l’Union pour la Méditerranée et de MEDENER, et de jumelages pour le « voisinage » – Est de l’Europe et Méditerranée.